Le Monde d'Arha

Le blog de Philippe H. Besancenet (miroir). Plus de collectorrors chez merrelf.free.fr

mars 30, 2014
par arha57
0 Commentaires

Printemps des légendes : super green !

« Ardennes, Terres du milieu ». Comment le hobbit qui sommeille en moi aurait-il su résister à cet appel ? Je serai donc présent à Monthermé tout le week-end prochain pour cette nouvelle édition du Printemps des Légendes. J’espère que vous aimez le vert, avec ma Lutine, nous vous préparons un stand très spécial !

juin 17, 2013
par arha57
0 Commentaires

Fées à la chaîne délivrées


Fées à la chaîne, mon dernier roman, est disponible à la fois en numérique et couché sur joli papier. J’ai une tendresse particulière pour ce livre (Comment, je dis ça à chaque sortie ?). Il m’a permis de créer un personnage féminin fort dont les plus beaux traits de caractères sont empruntés à ma meilleure amie. Cette histoire où je mêle certains de mes thèmes préférés, explore des choses plus sombres que mes premières publications. Je ne l’ai pas fait sans nécessité, et je crois que cela renforce ces moments de légèreté qu’une force inconnue me pousse à semer dans mes textes avec allégresse. J’avais également très envie de parler d’obsolescence programmée. Une histoire de Maude, entre autres choses, discrète, pour ne pas se montrer sentencieux.
À découvrir sur le site des Editions P’tit Golem

mai 5, 2013
par arha57
0 Commentaires

La Fée de la Mousse sur Nolife

Good news everyone ! On parle de La Fée de la Mousse sur la chaîne Nolife, dans l’émission littéraire Rêves et cris. Une courte présentation, mais flatteuse, et ça fait très plaisir !

Mais ce qui me fait sans doute le plus plaisir, c’est que les chroniqueurs de cette émission ont accueilli cette histoire d’un auteur inconnu sans préjugés, qu’ils lui ont donné sa chance. Franchement, bravo et mille mercis !

La Fée de la Mousse  » se lit avec un vrai plaisir. Ce n’est que du divertissement, mais du divertissement de qualité « .

Vous pouvez retrouvez cette chronique à environ 2’58.

décembre 7, 2012
par arha57
0 Commentaires

La Fée de la Mousse publiée !

Fée numérique


La Fée de la Mousse, ma première novella, est sortie chez un tout nouveau petit éditeur spécialisé dans l’édition numérique.
Ce court roman est un conte inspiré par les classiques du genre et détourné avec humour. La lutte contre les préjugés, la préservation de la nature, sont deux de ses principaux messages. Il intéressera, je le crois, les jeunes adultes et tous ceux qui pensent que quelque part, les fées existent encore.
Pour ces lecteurs-là, ces amoureux de l’imaginaire, je les invite au Royaume de Gwann ! Avec son monstre ravisseur de princesse, ses momies tueuses, sa fée sans baguette, son festival folk et des bains de boue à volonté, vous vous sentirez vite à l’aise.
Ici, rien n’est comme il paraît être. On y trouve la gloire comme la mort, les ennuis comme l’amour.
Dans le marais, personne ne vous entend crier.

Le prix du rêve

Les Éditions P’tit Golem proposent cette novella à un prix de rêve (1,49 €).
À télécharger sur Amazon, Ibookstore, Samsung reader hub, Kobobooks et plein d’autres librairies…

août 29, 2012
par arha57
1 Commentaire

Petits papiers

Au début, il y avait la feuille. Puis, rapidement, toute une ramette, éparpillée, qui change de place spontanément (le plus souvent sous l’effet de la gravité ou d’un courant d’air). Chapitres, personnages, objets, chansons, bestiaire, l’histoire enfle, se nourrit d’elle-même. Sous l’impulsion du moment, l’idée doit être notée rapidement. Brouillonne, cela sera donc sur une feuille (recyclée), plus élaborée, ou si sa destination est incertaine, dans un carnet (j’en possède une collection dont je parlerai à une prochaine occasion).
Ceci fait, arrive le moment où il faut organiser ces informations, les trier, les mettre à jour. Si un tableur (type Calc) rend de bons services, j’avais envie d’essayer pour ma prochaine histoire de tester autre chose, un programme plus élégant : Papel. Son organisation graphique permet de créer des fiches pour les personnages, les objets, chapitres, etc. et d’organiser leurs icônes à volonté. Dans ma recherche actuelle, encore balbutiante, vous pouvez voir à gauche des personnages importants, à côté, des éléments à creuser (répertoire de chansons, géographie, civilisation). Les livres bruns et bleus concernent des chapitres déjà identifiés et des scènes clefs ; à ce stade, seuls les quatre premiers sont ordonnancés. Cet ordre peut être changé d’un clic, et on peut facilement, comme ici, composer des chronologies parallèles. Simple, cet outil (gratuit) devrait beaucoup m’aider dans la création de GCC, et m’éviter les avalanches feuillues !

juin 2, 2012
par arha57
0 Commentaires

La saison de l’écureuil

S’aventurer sur les sentes des Hautes-Vosges, c’est s’offrir une véritable cure de plaisir. Quel délice de laisser ces paysages laver de son esprit les scories du monde ordinaire !
alt
Prêter l’oreille à chaque craquement, guetter du coin de l’œil le moindre mouvement, éprouver le roc ou la mousse… Autant de plaisirs dont je ne me lasse pas, surtout lorsqu’ils sont alliés au bonheur d’écrire, d’explorer de nouveaux territoires, au moins par l’esprit. Durant ce nouveau séjour autour de Gérardmer, une petite créature aux grands yeux vifs a pris dans mon quotidien une place prépondérante, au point d’éclipser un peu les autres. Vous vous imaginez sans doute que je ne supporte pas l’excellente bière du Valtin malgré ma consommation très réduite ? Vous vous trompez, je ne parlais pas d’une rencontre avec des lutins ! (à ce sujet, je ne désespère pas). Bref. En neuf randonnées, j’ai observé tout autant d’écureuils. Mes rencontres avec ces petits Yamakasis des arbres ont abouti à trois reprises à quelques échanges sonores. Non, je ne parle pas le squik-squik couramment, mais ils me répondent quand même. La Nature envoie continuellement des signes que la plupart du temps nous ne savons plus interpréter. Et les écureuils dans tout ça ? Simple, ils sont prévoyants et font des provisions ! Comme grignoter des pommes de pin ou entasser des glands ne me disait rien, j’ai amassé de belles images de forêts, des ondes positives captées aux sommets des montagnes et des morceaux d’histoires pour un nouveau roman. Or, cela ne suffisait pas à combler mes réserves. Je me suis donc rendu à Épinal, en ce premier jour des Imaginales, pour assister à leurs savoureuses conférences et rencontrer de sympathiques auteurs (notamment Céline Guillaume, Nadia Coste, Emmanuelle Nuncq). L’occasion d’entasser de nouvelles et précieuses noisettes ! C’est bon d’être un écureuil.

avril 21, 2012
par arha57
0 Commentaires

Premier salon

alt

Monthermé, Ardennes, samedi 14 avril, 10 h 30, stand des éditions Artalys. C’est parti pour deux jours d’émotions. Non, je ne fais pas de musculation, j’agite juste mon Oriande de satisfaction (lire épisode précédent). Mes chevilles ont limité leur expansion, mais uniquement à cause de mes bottes de cuir. Yep, on m’a dit de venir en costume, alors j’ai sorti le grand jeu. Ce qui donne lieu dans les toilettes exiguës à des exclamations du genre « Ne dégommez pas le chevalier en sortant, merci ! ». Mais je m’égare.
Le soleil ce matin-là, à défaut d’étinceler au-dessus des têtes, brille dans mon cœur. Pour autant, je suis bien content d’avoir emporté ma cape de laine. La chaleur viendra plus tard, avec les visiteurs. Ma première dédicace de ce Printemps des légendes sera pour le jeune Pierre, un grand merci à lui ! Ont suivi Emilien, Ninon, Joane, Pauline, Clara, Emeline, Thomas et Léandre…
Durant ces deux jours, j’ai beaucoup parlé (qui a dit « de toute façon, tu aimes ça ?). Parfois en vain : « Moi, je lis pas ! (Savez où se trouve la buvette ?) ». Pour donner des conseils d’écrivain (si, si !) : « Ne commencez JAMAIS par une trilogie ! ». Discuter bouquins, SF, fantasy, étymologie, entomologie (« C’est la même mouche, j’en suis sûr !). Sans oublier d’étaler régulièrement mon répertoire de blagues moisies, volontiers partagé avec Muriel et Serge (l’avantage de ne pas être seul sur son stand !).
Ce salon ressemble à Trolls et légendes (ou à sa version réduite des Anthinoises). L’ambiance est féerique, avec une jolie papillonne, la cour du Roi Arthur, un leprechaun, une sorcière (quoiqu’après deux jours de ricanements, on commence à entasser machinalement des brindilles et à réclamer une allumette). Autre avantage, on retrouve certains auteurs, illustrateurs et exposants. La plupart ne vous reconnaissent pas (non, ce n’est pas une question de costume !), d’autres si, et ça fait vraiment plaisir.
J’ai même réussi à m’échapper pour me faire dédicacer un livre… Certes, j’en ai loupé d’autres mais Houdini n’aurait pas fait mieux, tellement le salon est prenant ! Et j’espère bien assister à un autre Printemps des légendes, encore de ce côté du monde. Peut-être en 2014 ?